Minh Châu

Minh Châu

Sculpteur
3 expositions / 14 oeuvres disponibles / 2 oeuvres vendues
Biographie : L’acte de création a toujours été central dans le parcours de l’Artiste sculpteur Minh Châu. A l’adolescence, sa passion s’exprime d’abord par le stylisme, avec une attention toute particulière portée aux matières textiles. Elle entreprend alors naturellement une formation dans ce domaine, avec l’obtention d’un diplôme à l’école de la Martinière Terreaux de Lyon en juin 1999, avant de travailler pour Claude Bauer, entreprise basée dans les Vosges, spécialisée dans le prêt-à-porter. Minh Châu veut aller plus loin dans la création et décide de se mettre à compte, et de travailler avec des Artistes photographes pour réaliser des prototypes dans le cadre de leurs performances vidéo et shootings. C’est ainsi qu’elle collabore avec Gabriela Morawetz pour sa performance «Continuum» à la Biwako Biennale 2014 du Japon. Alors que Minh Châu est sur le point de donner la vie, la création de vêtements ne lui suffit plus. C’est ainsi que l’envie de créer de nouveaux corps apparaît. Le papier s’est vite imposé comme sa matière première favorite. A la fois souple, malléable, mais également rigide et dur, Minh Châu en révèle toutes les richesses. Ses corps en sculptures sont hauts et longilignes dans une position d’attente. Les sources d’inspiration de l’Artiste sont multiples: observation des passants et de leurs postures, des visages aux traits marqués, mais aussi travaux d’Artistes internationaux tels le photographe Lee Jeffries, les sculpteurs Rodin, Giacometti, Aron Demetz etl’Artiste  plasticien  Soulages. Minh  Châu  modèle  des  corps  et en raconte l’histoire pour mieux y insuffler la vie, invitant le spectateur à suspendre le temps.
Voir plus / moins
Démarche artistique : Minh Châu utilise le papier mâché pour modeler des corps très longilignes de grande taille. Ainsi, sa première sculpture est une femme déhanchée de 2m de haut, se tenant debout, les bras dans le dos, en position d’attente. Il s’agissait de représenter le corps de sa fille qui posait pour elle, alors qu’un être grandissait en l’Artiste. Le papier s’est vite imposé comme sa matière première. Souple, malléable, mais également rigide et dur, le papier rassemble toutes les richesses que l’Artiste souhaite exploiter. Elle le travaille d’abord à sec, sur un socle de mannequin utilisé dans les magasins, construisant ainsi un squelette à l’aide de baguettes de bois et de fil de fer. Elle accole ensuite le papier imbibé de colle pour donner une forme. L’Artiste reprend ainsi les exigences du dessin de mode dans lequel il y a toujours un aplomb de la tête à la malléole du pied d’appuie, créant ainsi une ligne qui doit rester droite. Le tuteur lui sert d’aplomb, et la sculpture tourne autour de lui. Le passé de styliste de l’Artiste nourrit de manière transversale son travail et sa démarche. L’objectif étant de donner un aspect rugueux et froissé, comme une première peau. Son inspiration est fondamentalement empirique et protéiforme, construite au fil des jours, en observant les expressions des personnes autour de l’Artiste et leurs postures, l’expression de leurs visages, notamment ceux aux traits marqués. Ses premières sculptures sont noires ou blanches, mais l’Artiste réfléchit sans cesse à de nouvelles manières de les habiller et de leur insuffler toujours plus de vie. Ainsi, ce sont les marques du temps sur la peau qui intéressent l’Artiste dont la démarche se traduit par l’utilisation du papier pour reproduire toute la richesse du grain et de la matière épidermique. Créer de la matière, c’est inviter à s’attarder sur les détails, sur les marques du temps.  
Voir plus / moins
loading