• 17 Juil 2019

Retranscription de l’article de Dominique Barreau, Storyteller – Coach – Auteure, publié le 7 juillet 2019 sur le site Forbes France.

Retrouvez le lien de l’article ici

Exposition Art-Trope Voies Off 2019 à la Résidence d'Arles

Exposition Art-Trope Voies Off 2019 à la Résidence d’Arles © Art-Trope

Virginie Tison est Fondatrice et Présidente d’Art-Trope, une agence artistique « nouvelle génération » qui accompagne les artistes des Beaux-Arts comme les sculpteurs, photographes ou peintres en France et dans le monde entier pour valoriser leurs créations auprès de collectionneurs et développer leur business. Sa devise ? Let Artists Create ! Au-delà de sa passion pour l’art, Virginie a l’ambition de mettre en avant un modèle financier gagnant pour tous : artistes et collectionneurs.

Pouvez-vous nous éclairer sur le marché de l’art ?

Le marché de l’Art, comme tant d’autres, a connu une évolution aussi rapide que profonde avec la digitalisation. Quand on pense à un artiste, beaucoup se l’imaginent comme une personne un peu décalée passant ses journées et ses nuits à créer dans son atelier et vivant de l’air du temps ! Aujourd’hui le marché de l’Art contemporain est devenu un vrai marché, ce qui demande aux artistes un haut niveau de professionnalisation. Les codes ont eux aussi beaucoup évolué ces dernières années. C’est ainsi que le collectionneur s’est peu à peu transformé en investisseur, demandant aux « marchands d’Art » de trouver la meilleure stratégie pour les attirer. Outre son talent et son innovation esthétique, l’artiste doit développer sa carrière artistique comme une véritable entreprise et susciter l’intérêt du marché. Selon le rapport d’activité de l’année 2017 de la Maison des Artistes, ce marché concerne environ 50 000 artistes en France pour un potentiel estimé à 300 millions d’euros. À l’échelle mondiale, ce chiffre peut monter jusqu’à 40 milliards !

Le collectionneur Yvon Lambert devant un oeuvre photographique de Mary-Laëtitia Gerval (la faim de l’histoire -2012)

Le collectionneur Yvon Lambert devant un oeuvre photographique de Mary-Laëtitia Gerval (la faim de l’histoire -2012) © Art-Trope

Vu de l’artiste, est-ce si idyllique ?

Ce n’est ni idyllique ni même très lisible, car si tout le monde partage le même constat, il n’y a pas de solution miracle. Comme pour tous les marchés, celui qui vend doit pouvoir trouver un acheteur. La spécificité de l’art contemporain, c’est que la valeur du produit vendu dépend directement de la valeur de l’artiste qui elle-même dépend de son dynamisme. Or, pour créer, l’artiste a besoin de temps et d’un minimum de sécurité financière. Ce cercle vertueux peut être obtenu en vendant ses œuvres. Mais pour les vendre, il doit être visible. Cette visibilité est l’enjeu principal de ce marché : elle implique des budgets conséquents pour se positionner sur la toile internationale de l’art contemporain. L’équation est complexe. Pour preuve, le grand nombre d’artistes pourtant talentueux qui sortent du marché faute d’avoir rencontré le bon représentant au cours de sa carrière.

Pourquoi est-ce si important d’accompagner les artistes ?

Parce que ce sont eux qui font l’Art. Rappelons que la valeur d’un artiste se fonde sur sa création et sa capacité à innover. Sans artistes il n’y a pas d’œuvres, et sans œuvres il n’y a pas de marché ! N’oublions pas non plus que les collections existantes peuvent se déprécier peu à peu faute de continuité de représentation des artistes. Art-trope propose des services dans une seule et même entité permettant à tous les artistes de se consacrer à leur créativité avec des budgets raisonnables.

Notre première priorité est que l’artiste émergent ou confirmé dispose d’outils de communication pour se professionnaliser et construire une visibilité. La vie d’un artiste n’est pas un long fleuve tranquille et Art-trope est conscient que c’est dans la durée qu’il est possible d’optimiser sa carrière. Cela implique un suivi personnalisé pour lui permettre d’exposer ses œuvres en France et à l’international. Un capital Art s’entretient et c’est même, rappelons-le, l’objectif prioritaire des collectionneurs.

Comment investir ? Il n’y a que des collectionneurs fortunés ?

Il existe différents types de collectionneurs et je peux vous parler de ceux qui gravitent autour des artistes que nous coachons et que nous nommons Artlovers. Ce dernier est un amateur d’Art, pas nécessairement très fortuné mais entouré d’artistes dont il apprécie les œuvres. Il achète au coup de cœur avec un budget moyen de 5K€ annuel. Il y a ensuite les collectionneurs plus systématiques qui visent les artistes confirmés et parcourent les foires d’exposition à la recherche du meilleur investissement. Enfin, il y a les fonds d’investissement. Ces deux derniers sont souvent motivés par la défiscalisation.

Cela dit, l’investissement financier n’est pas le seul déclencheur d’acquisition d’une œuvre. Il y a aussi l’aspect affectif et de belles histoires peuvent se créer entre un collectionneur et un artiste. La magie opère lorsque la démarche de l’Artiste résonne avec le collectionneur.

Comment Art-trope accompagne les artistes ?

Nous sommes convaincus que l’artiste a besoin d’un accompagnement global pour se sentir soutenu à 360° dans le développement de sa carrière. Nous avons développé une plateforme de services en ligne accessible sous forme d’abonnements annuels et mensuels. Nous guidons les artistes « pas à pas » avec une première offre gratuite pour commencer, puis des services plus évolués pour les aider à monter en compétence. Si Art-Trope est aujourd’hui leur « maison digitale », nous avons également le projet d’ouvrir une première maison d’artistes sur Paris pour disposer d’un lieu d’exposition. L’accès à ce marché porteur est conditionné par la possibilité de déployer ces maisons d’artistes dans les principales capitales de l’Art.

Virginie Tison, fondatrice et Présidente d’Art-Trope

Virginie Tison, fondatrice et Présidente d’Art-Trope © Art-Trope

Quel est votre moteur pour continuer ce voyage au pays de l’Art ?

Je suis moi-même une artiste, avec l’expérience du monde financier. Ce qui m’anime c’est de pouvoir soutenir dans la durée la démarche d’artistes souvent méconnus par manque de savoir-faire et non par absence de talent ! L’Art permet de s’ouvrir à de nouveaux schémas de pensée et il me semble évident que dans le monde actuel, où on ne parle que de transformation et d’innovation disruptive, la création artistique a un rôle essentiel à jouer. L’Art est également un langage universel qui permet de rapprocher les cultures en dépassant les frontières physiques et mentales. Pour Art-trope, l’Art est à la fois une passion et un business vertueux. C’est pour cela que nous faisons appel à des partenaires financiers, comme je l’ai évoqué sur Boursorama le 28 juin 2019.