• 13 Mar 2018

Bruno Victoria, photographe mais également Artiste Art-Trope, nous présente sa relation à la photographie, depuis son expérience dans le secteur de la mode jusqu’au sa première exposition à Washington:

Cette photographie de Bruno Victoria, photographe et Artiste Art-Trope s'intitule Wet et a été prise en 2015.

Wet 2, 2015 © Bruno Victoria

Son parcours

J’ai débuté mon parcours professionnel comme styliste de mode. Durant quinze ans j’ai participé à un processus de création qui permet de développer le sens des couleurs, des textures et des volumes. Ce fut aussi un travail où l’image est en permanence primordiale: recherche d’iconographie pour les inspirations, participation à des shootings pour définir une image de marque. Notamment au côté d’Hédi Slimane chez Yves Saint Laurent, mon oeil s’est aiguisé à la photographie. Puis, en tant que directeur de collection de la marque éponyme de Kris Van Assche, j’ai dirigé les recherches autour d’un vocabulaire textile lié aux thèmes de collection. A travers le choix, l’organisation et le développement des tissus j’ai affirmé mon goût pour les textures. De plus en plus désireux de définir mon identité esthétique, j’ai choisi le médium photographique comme pratique artistique et décidé de suivre un enseignement technique à l‘EFET (Ecole photo et formation de Paris).

Sa démarche artistique

Mon thème de prédilection est le questionnement réalité/imaginaire: chercher l’essence onirique de ce qui m’entoure, révéler la fragilité, sans artifice de mise en scène. Je m’intéresse particulièrement à l’enfance et à la vieillesse car l’abandon de soi y est souvent plus palpable. Je m’attache également à la notion de territoire, autant intérieur qu’extérieur. Explorer et exposer des lieux pour en traduire la matière et jouer de correspondances sensorielles. J’utilise l’outil lumière comme technique: contrastes appuyés isolant des sujets, ombres marquées pour sculpter. C’est aussi par une attention accrue au cadrage que je conçois pour concentrer, épurer. Et c’est finalement la matière temps qui est principale dans ma démarche. Attendre inlassablement de trouver le bon angle, la bonne heure pour traduire. Incliner, dévier le regard afin d’éviter l’évidence directe; car mon souhait est que le spectateur ressente une énigme. Susciter, questionner, inciter à regarder autrement.

Cette photographie de l'Artiste Art-Trope Bruno Victoria est extraite de la série Motion et a été réalisée en 2014.

Motion 11, 2014 © Bruno Victoria

Son évolution

J’ai commencé mon travail artistique par des habitudes expérimentales à partir d’outils simples: polaroids, appareils jetables, téléphone portable. L’important était de tester sans préoccupation technique. Ayant vécu trois ans aux Etats-Unis, cette recherche s’est intensifiée à l’extérieur, profitant de la plus forte luminosité. J’ai pu ainsi découvrir quel pouvait être mon langage visuel, les effets souhaités, des sujets d’intérêt etc. J’ai par la suite suivi une formation technique, aboutissant aujourd’hui à l’utilisation d’un boitier numérique. Depuis mon approche est davantage documentaire: l’envie de partager des rencontres et de sonder le lien entre des personnes et des lieux, des corps et de l’espace. J’aimerais mettre en lumière des témoignages sous un angle subjectif appuyé. Le plus grand défi est la réalisation d’objets picturaux qui ne nécessiteraient pas de sous-titres.

Ses expositions

Ma première exposition eue lieu en juin 2014 à l’Ambassade de France aux Etats Unis à Washington. Elle fut déterminante pour me donner l’impulsion de continuer et d’affirmer ma démarche artistique. Délivrer aux regards pluriels, susciter des commentaires m’ont permis de revendiquer mon point de vue et d’avoir l’envie d’améliorer, d’approfondir. Ma seconde exposition fut encore plus forte. En avril 2017 au Point Ephémère à Paris, j’ai exposé mon premier travail documentaire, nommé “Nap”. Celui-ci était sur le thème du grand âge résultant de visites chez des personnes âgées, en collaboration avec une association sociale du 11ème arrondissement de Paris. J’ai eu la chance de revoir des personnes que j’avais photographiées, quelquefois accompagnées de membres de leur famille ainsi que le personnel soignant de l’association. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai donc assisté à ces doubles regards. Cette exposition m’a également permis de réaliser à quel point certains sujets ne laissent pas indifférents et que des images peuvent libérer la parole.

Cette photographie de Bruno Victoria, également Artiste Art-Trope est extraite de la série Nap constituée en 2016.

Nap 20, 2016 © Bruno Victoria

Sa relation avec Art-Trope

Ma priorité en contactant Art-Trope a été de sortir d’une certaine solitude liée à la condition d’Artiste. De même, l’objectif est de collaborer sur tous les aspects qui permettraient de mieux diffuser mon travail. Il y a, bien entendu, mon désir d’exposer mais il est aussi important d’y être préparé en amont. Ainsi, Art-Trope m’accompagne pour cela tout en me laissant libre de choix dans les décisions à prendre pour le développement de ma carrière artistique.

Cette photographie de Bruno Victoria, également Artiste Art-Trope s’intitule Souffle et a été prise en 2017.

Souffle, 2017 © Bruno Victoria

 

Visitez le site officiel de Bruno Victoria ici.

Retrouvez le profil Art-Trope de Buno Victoria ici.

Lisez notre article sur les nus sulfureux de Modigliani ici.