• 2 Fév 2018

Depuis son indépendance étatique en 1929, le Vatican a toujours été dirigé par des hommes. En 2017, pour la première fois, une femme a rejoint ses rangs. Il s’agit de Barbara Jatta, Directrice des musées du Vatican. Que retenir de ce changement historique ?

Cette photographie prise par les Musées du Vatican est un portrait de Barbara Jatta, première femme à diriger l'institution papale.

Barbara Jatta © Vatican Museums

Une personnalité singulière

Barbara Jatta était la seule femme sur la liste des 6 candidats initiaux. Ainsi, elle a été choisie par le Pape François en janvier 2017. Elle avait alors déclaré au New York Times : « c’était un choc au premier abord, de digérer un tel changement ». Dès lors, Barbara Jatta est devenue responsable de près de 200 000 œuvres et objets des musées du Vatican, des appartements papaux, des sculptures des jardins ainsi que d’autres sites comme la Chapelle Sixtine. Le défi est de taille pour la Directrice. A la fois ferme et amicale, Barbara Jatta a toujours nourri de grandes ambitions pour son mandat. Avant d’être nommée, elle a travaillé près de 20 ans pour la bibliothèque papale. Sa mission principale est de gérer l’affluence colossale des visiteurs quotidiens en assurant une distribution plus équitable de la fréquentation au sein des différents musées du Vatican.

Un défi titanesque

Selon les chiffres des musées du Vatican, le nombre de visiteurs en 2017 a atteint un record en dépassant les 6 millions. Or, cela était considéré par le prédécesseur de Barbara Jatta, Antonio Paolucci, comme la limite maximale annuelle. Ainsi, l’objectif central de la nouvelle Directrice reste “une meilleure distribution des touristes au sein des musées.” En effet, les parties les plus visitées des musées du Vatican sont menacées par le flot incessant de visiteurs et leur respiration, transpiration et par la poussière qu’ils soulèvent. De nouvelles solutions ont été envisagées telle la visite virtuelle de la Chapelle Sixtine. Les 200 000 œuvres et objets dont s’occupent Barbara Jatta nécessitent également un entretien aux coûts très élevés. Aussi, afin de faciliter leur préservation, la Directrice a mis en place de nouvelles stratégies.

Cette image de Pexels représente les escaliers du musée du Vatican.

Escalier de Bramante © Pexels

Les mesures phares de Barbara Jatta

La nouvelle Directrice s’est distinguée de ses prédécesseurs par une démarche singulière. En effet, l’utilisation de nouvelles technologies ne se limite pas à contenir l’affluence sur les sections les plus renommées, mais plutôt sur la réorientation des visiteurs vers les parties les moins visitées des musées. Ainsi, au lieu de mettre en place une visite virtuelle de la Chapelle Sixtine, il a été décidé de mettre au point une expérience multimédia interactive dans un auditorium proche du Vatican. De même, Barbara Jatta a mis en place des itinéraires alternatifs à proposer aux visiteurs pour les inciter à découvrir les autres trésors des musées du Vatican. C’est le cas avec la réouverture du Musée Ethonlogique dont la collection rassemble près de 80 000 objets, jusqu’à présent prêter aux institutions du monde entier pour des expositions telle celle organisée par le Pape Pie XI en 1925.

Cette photographie du plafond de la Chapelle Sixtine de Michel Ange a été prise par Aaron Logan.

Plafond de la Chapelle Sixtine, Michel Ange © Aaron Logan

 

Lisez notre article sur l’influence des investisseurs chinois sur le marché international de l’Art ici.

Sources: The New York Times, le Vatican et la Croix