• 28 Mar 2018

Une récente étude du journal The Art Newspaper et du Département britannique pour le Digital, la Culture, les Média et le Sport (DCMS) a mis au jour une tendance inquiétante. Alors que la fréquentation des musées anglais étaient en hausse, même après la crise de 2008, elle continue de chuter depuis 2014. Ce serait les britanniques eux-mêmes qui se rendraient moins aux expositions.

Image de Big Ben à Londres

Londres © Pexels

Des chiffres alarmants

Les dernières études révèlent qu’en 2008, le nombre de visiteurs des 15 principaux musées financés en partie par le gouvernement britannique, atteignait 39.7 millions. Un tel chiffre n’a cessé d’augmenter pour culminer en 2014 à près de 50.8 millions. Un certain soulagement parcourait alors le monde de l’Art. En effet, la crise n’avait de toute évidence pas entaché la fréquentation des musées. Or, si l’on observe les tendances de 2014 à 2018, le constat est tout autre. Le nombre de visiteur s’est écroulé pour passer à 46.5 millions en 2017. Une telle tendance n’a pas manqué de créer la surprise. Certains ont alors expliqué que cela était dû à l’exclusion des Tyne & Wear Museums qui drainent près de 1.8 millions de visiteurs. Or, même si l’on ajoute ce chiffre à l’équation, la tendance est toujours là.

Tous les signaux au vert sauf la fréquentation des citoyens britanniques

L’essentiel des visiteurs des musées anglais sont, sans surprise, des touristes internationaux. En effet, ces derniers représentent près de 47% de la fréquentation. Or, le tourisme étranger a augmenté de 5% depuis 2015, malgré le Brexit. Ainsi, tout porte à croire que la baisse de fréquentation est la résultante de citoyens britanniques moins enclins à visiter les expositions. Gabriele Finaldi, le directeur de la National Gallery de Londres a d’ailleurs affirmé: “le nombre de visiteurs outre-Manche n’est pas tombé et tout porte à croire que la chute provient du Royaume-Uni.” Les facteurs qui conduisent à un tel constat semblent multiples. La situation économique et politique tant sur le plan national qu’international, est à analyser.

Intérieur musée vide

© Pexels

Les raisons de la baisse des visiteurs britanniques

L’un des premiers facteurs qui influe sur la fréquentation des musées par les britanniques semble être le terrorisme. En effet, les récents incidents survenus au London Bridge, Westminster Bridge et à Manchester ont participé au climat de tension sociale. Cela se mesure très nettement sur le taux de visite des enfants en dessous de 16 ans qui est tombé de 6% en 2016. Mais ce n’est pas tout. La baisse des revenus des citoyens britanniques dont le Brexit en est l’une des causes, est à prendre en compte. De plus, le coût des transports n’ayant pas diminué, la mobilité des visiteurs extérieurs se trouve réduite. Certains acteurs comme l’historien Robert Hewison, attribuent la baisse de fréquentation aux coupes budgétaires du gouvernement. A cela s’ajoute l’augmentation des prix des entrées qui impactent directement les visiteurs. Par exemple, l’exposition Picasso 1932 du Tate Modern a dépassé la barre symbolique des 20 livres. Le Art Newspaper met en garde contre un potentiel “cercle vicieux” et rappelle que les conséquences se font aussi sentir pour les acteurs indirects que sont les boutiques et les services de restauration par exemple.

Devanture de musée

© Pexels

 

Lisez notre article sur les Isabelle et Amar Guillen, photographes et Artistes Art-Trope ici.

Sources: The Art Newspaper et the Department for Digital, Culture, Media and Sport (DCMS)