• 13 Juil 2018

Découvrez la nouvelle adresse d’Art-Trope et notre sélection des expositions à voir cet été pour une pause artistique.

L'été

L’été © Pixabay

Art-Trope chez Creatis : la résidence des entrepreneurs de la culture et des médias

Art-Trope fait dorénavant partie de Creatis, la résidence des entrepreneurs de la culture et des médias. Ainsi, Art-Trope a désormais une nouvelle adresse: 15 rue de la Fontaine au Roi dans le 11ème arrondissement de Paris. Nous recevons sur rendez-vous et vous communiquerons prochainement notre nouveau numéro de téléphone. Creatis a été fondé en 2012 et a accompagné 130 entreprises pour un chiffre d’affaires combiné de 23 millions d’euros. Au total 13 millions d’euros ont été levés. Le taux de survie à 4 ans des entreprises accompagnées s’élève à 85%. Creatis est d’ores et déjà présent à Bruxelles et le sera prochainement à Lyon d’ici 2019. Depuis le mois de mai 2018, Creatis est installé au sein de l’accélérateur de projets culturels FAR rassemblant entrepreneurs, créateurs, Artistes, institutions, makers, associations, journalistes, chercheurs et publics.

Retour vers le futur aux Rencontres de la Photographie à Arles cet été

Art-Trope s’est rendu aux Rencontres de la Photographie d’Arles, le rendez-vous international des professionnels de la photographie d’Art qui se déroule du 2 juillet au 23 septembre 2018. Parmi les expositions préférées, nous avons retenu “Gilbert & George: The Great Exhibition 1971-2016”, la gigantesque rétrospective de duo iconique : Gilbert et George. La Fondation Luma a confié la scénographie de l’exposition à Hans Ulrich Obrist, Directeur Artistique des Serpentines Galleries à Londres, et Daniel Birnbaum, Directeur du Moderna Museet de Stockholm. En sortant de la Grande Halle de la Fondation Luma, vous pourrez vous dirigez vers le Palais de l’Archevêché. Le photographe William Wegman y présente une série de photographies mettant en scène son chien, Man Ray. Intitulée “Être humain”, l’exposition interroge notre nature humaine avec un sens de l’humour désarmant. Dans le Cloître Saint Trophime, les jeunes photographes Baptiste Rabichon et Gregor Sailer abordent deux sujets très différents. Alors que Baptiste Rabichon propose des mondes photographiques fantasmés, Gregor Sailer capture des décors hantés à travers le monde où les fausses façades produisent une illusion de vie.

Rétrospective Gilbert et George The Great exhibition 1971 2016 aux Rencontres de la Photographie d'Arles 2018

Gilbert et George: The Great exhibition 1971-2016, Rencontres de la Photographie d’Arles, 2018 © Art-Trope

Plongez dans les couleurs hypnotiques de Zao Wou-Ki

Cet été, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris accueille, jusqu’au 6 janvier 2019 l’exposition Zao Wou-Ki : l’espace est silence. Il s’agit de la première grande exposition consacrée à l’Artiste à Paris depuis 15 ans. Lorsque le peintre chinois est arrivé à Paris en 1948, il fait l’expérience des “Nymphéas de Monet au Musée de l’Orangerie. La libération de la couleur sur la toile le fascinera tout au long de sa vie. Bien qu’il n’ait embrassé aucun mouvement de son époque, ses œuvres dialoguent beaucoup avec l’expressionniste américain Jackson Pollock. Ainsi, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris a choisi de porter une attention toute particulière sur les grands formats de Zao Wou-Ki. Dans ce contexte, François Michaud et Erik Verhagen, Commissaires de l’exposition, ont fait le choix de commencer par une œuvre de 1956 intitulée “Traversée des apparences”. La toile a été réalisée avant le départ de l’Artiste pour son premier séjour aux Etats-Unis. Les visiteurs sont ainsi invités à entrer dans l’univers de l’Artiste.

Oeuvre introduction de l'exposition Zao Wou-Ki

Zao Wou-Ki, Traversée des apparences, 1956 © ADAGP, Paris, 2018

 

Lisez notre article sur la nouvelle foire d’Art abordable de Los Angeles en parallèle de la Frieze ici.