• 26 Oct 2018

Du 3 octobre 2018 au 4 février 2019, le Grand Palais accueille une rétrospective d’envergure de l’Artiste catalan iconique Joan Miró. Art-Trope a découvert l’exposition lors de son vernissage.

Oeuvre de Joan Miró

Hirondelle Amour, 1935 © Joan Miró

Joan Miró : un Artiste qui échappe à toutes les catégories

Joan Miró est né en 1893 en Catalogne et passa de nombreuses années en France qu’il affectionnait tout particulièrement. Sa carrière artistique a été très prolifique pendant près de 70 ans. Contemporain de Matisse et de Picasso, Miró a traversé les grands questionnements et mouvements du XXème siècle. L’exposition organisée par le Grand Palais suit un ordre chronologique et met en lumière l’incroyable diversité de la production monumentale de l’Artiste catalan. En effet, “dans la rétrospective de 2018 au Grand Palais, le visiteur suivra le chemin de Miró durant presque 70 ans de création. Il a probablement été marqué par 50 ans d’Histoire forgée par deux guerres mondiales. Ces événements considérables, l’interrogation qu’il a sur les hommes, sur lui-même et sur sa terre ont animé son travail” précise Jean-Louis Prat, ancien Directeur de la Fondation Maeght (1970-2005), historien de l’Art, membre du Comité Joan Miró et Commissaire de l’exposition.

Peintre Joan Miró photographié en 1935 par Carl van Vechten

Portrait de Joan Miró, 1935 © Carl van Vechten

La diversité des techniques de Miró

Peintre, sculpteur, graveur, céramiste, Joan Miró a produit de nombreuses pièces majeures d’Art dans des disciplines variées. L’exposition du Grand Palais souligne cet aspect protéiforme de l’œuvre de l’Artiste catalan. “Miró peint à l’huile mais il renouvelle également l’activité plastique en utilisant des matériaux de récupération et les mêlant entre eux. Ses sculptures amalgament des trouvailles par des ajouts d’objets de la vie quotidienne ramassés lors de ses promenades. Il les métamorphose en leur donnant une autre relation à l’espace et en jouant de manière peu conventionnelle avec la couleur peinte sur les bronzes. Des titres, des signes et des inscriptions ponctuent ses toiles” explique Jean-Louis Prat. C’est également l’un des représentants du mouvement Surréaliste dont l’influence sera essentielle sur le XXème siècle. L’apport de Joan Miró au Surréalisme sera particulièrement fécond entre 1925 et 1927. Lors de la parution du Manifeste d’André Breton en 1924, Joan Miró vivait à Paris et avait, parmi ses amis, de nombreux poètes. Ainsi, il commença à inclure des idées du nouveau mouvement dans sa création artistique.

Rétrospective Joan Miró 2018-2019 au Grand Palais

Rétrospective Joan Miró au Grand Palais, 2018-2019 © Art-Trope

La pulsion de vie de l’instant présent

La scénographie en 16 étapes proposée par le Grand Palais met en lumière un aspect singulier de la personnalité de l’Artiste catalan. En effet, il y a chez Miró un sens aigu de l’observation du moment présent. Le visiteur peut aisément ressentir la douceur du regard posé par Joan Miró sur le monde et ses contemporains. C’est ce que confirme Jean-Louis Prat : “Il y avait chez lui un sens aigu d’interroger l’instant, de le vivre pleinement et avec les autres. Miró est universel, il est compris sur toute la terre. Et j’espère que le public sera là pour partager, car partager les rêves de Miró, c’est partager un espoir et partager un espoir, c’est croire qu’il y a toujours quelque chose d’intéressant dans le temps où l’on vit”. L’Artiste nous a quittés en décembre 1983 en laissant derrière lui un héritage artistique considérable qui va bien au-delà de la peinture. L’exposition du Grand Palais lui rend honneur dans cette rétrospective.

Lisez notre article sur Ramona Russo, Illustratrice et Artiste Art-Trope ici.