• 18 Avr 2018

Le 13 avril 2018 marquait l’ouverture du premier Centre d’Art Numérique à Paris : l’Atelier des Lumières. Pour son exposition inaugurale, le peintre Gustav Klimt investit les 3300 m2 de surface de l’ancienne fonderie située entre Bastille et Nation. Équipé de dispositifs numériques du sol au plafond, l’Atelier des Lumières, géré par Culturespaces, projettera sur ses murs les œuvres du Grand Maître dans une installation immersive à découvrir du 13 avril au 11 novembre 2018.

Portrait d'Adele Bloch-Bauer en 1907 par Gustav Klimt

Portrait d’Adele Bloch-Bauer, 1907 © Gustav Klimt

La volonté de placer l’Art Numérique sous les projecteurs

La genèse du projet de l’Atelier des Lumières est à chercher du côté du sud de la France. En effet, Culturespaces assure depuis 2012 la gestion de la Carrières de Lumières des Baux-de-Provence. Les expositions numériques qui s’y déroulent ont déjà attiré plus de 600 000 visiteurs. Fort de ce succès, Culturespaces a voulu prolonger l’expérience à Paris. De plus, il s’agit de décloisonner le monde de l’Art en donnant une attention particulière à l’Art Numérique. “Le rôle d’un centre d’Art est de décloisonner, et c’est pourquoi le numérique doit prendre sa place dans les expositions du XXIème siècle. Mis au service de la création, il devient un formidable vecteur de diffusion, capable de créer des passerelles entre les époques, de faire vibrer les pratiques artistiques entre elles, d’amplifier les émotions, de toucher le plus grand nombre” a déclaré Bruno Monnier, président de Culturespaces. L’Art Numérique est la nouvelle tendance du Printemps à Paris. Art-Trope avez d’ailleurs assisté au vernissage de l’exposition Artistes et Robots au Grand Palais.

Carrières des Lumières en 2017

Carrières des Lumières, 2017 © Joseolgon

L’expérience Gustav Klimt

Pour sa première exposition, l’Atelier des Lumières propose un parcours immersif et invite le public à plonger littéralement dans la scène artistique Viennoise dont Gustav Klimt est la vedette. Les 140 projecteurs laser inondent l’ancienne fonderie des couleurs d’or du peintre. Ainsi, l’exposition s’ouvre sur les motifs architecturaux caractéristiques du Vienne de la fin du XIXème siècle. C’est également le plein essor de la Sécession viennoise, ce courant caractéristique de la volonté autrichienne de donner un nouveau souffle à l’Art. Bien que Gustav Klimt n’ait pas fait l’unanimité en son temps, il a cependant ouvert la voie à la peinture moderne. Les œuvres virtuellement présentées dans l’exposition retracent les principales périodes du peintre: paysages, portraits et travail sur le doré. Certains de ses contemporains sont également présents comme Egon Schiele et Friedensreich Hundertwasser. Le commissariat de l’exposition a été confié à Beatrice Avanzi, Directrice de la programmation culturelle des expositions de Culturespaces en 2017, et notamment en charge du Musée Jacquemart-André, du Musée Maillol et de l’Hôtel de Caumont – Centre d’Art.

Allée dans le parc de Schloss Kammer en 1912 par Gustav Klimt

Allée dans le parc de Schloss Kammer, 1912 © Gustav Klimt

“La contemplation passive de l’Art n’est plus pertinente” Bruno Monnier

Dans ses récentes déclarations, le Président de Culturespaces a précisé que les expositions immersives et sensorielles constituaient l’avenir de l’Art dans les musées. C’est une approche que partagent déjà de nombreux acteurs de la culture à l’échelle internationale. La récente nomination de Max Hollein en tant que nouveau Directeur du Metropolitan Museum of Art de New York le confirme. Comme Art-Trope l’expliquait dans son article dédié, cet ancien directeur du Städel Museum de Francfort avait déjà fait du numérique un instrument privilégié du développement du musée. Il s’agit aussi d’élargir l’accès du public à l’Art en invitant à partager une expérience sensorielle augmentée. Les outils digitaux ont permis à de nombreuses institutions de proposer des parcours alternatifs au public et de présenter autrement leurs collections. C’est le cas notamment des musées du Vatican par l’intermédiaire de Barbara Jatta, sa première directrice femme. Art-Trope l’avait souligné dans son article bilan sur la première année de son mandat.

Lisez notre article sur Max Hollein, nouveau Directeur du Metropolitan Museum of Art de New York ici.

Sources: Artnet et l’Atelier des Lumières