• 18 Sep 2018

Pour faire face aux nouveaux défis du marché international de l’Art, les galeries et associations d’Artistes rivalisent d’ingéniosité.

Série d'ampoules

Série d’ampoules © Pexels

Des galeries et des associations d’Artistes de plus en plus sous pression

Au début de l’été 2018, à l’occasion de la célèbre foire d’Art Contemporain Art Basel, Marc Spiegler, son Directeur Global, avait présenté son analyse sur les difficultés que rencontrent actuellement les galeries d’Art. Art-Trope avait d’ailleurs dédié un article à ce sujet. Selon Marc Spiegler, le modèle traditionnel des galeries est en train de changer radicalement. En effet, il avait alors affirmé “les Artistes, en particulier ceux à succès, vont travailler avec beaucoup de galeries au cours de leur carrière mais pas seulement de manière séquentielle mais simultanée”. En parallèle, les galeries voient leurs dépenses augmenter avec la multiplication des foires d’Art auxquelles elles doivent participer ainsi que les Biennales invitant leurs Artistes sans nécessairement prendre en charge les frais inhérents l’exposition. Le Financial Times fait remarquer qu’en 2018, le nombre d’ouverture de galeries a en réalité surpassé celui des fermetures. Néanmoins, le nombre total d’ouvertures est en déclin selon le rapport 2018 d’Art Basel. Il en va de même pour les associations d’Artistes, qui, de leur côté, doivent faire face à des dépenses toujours plus importantes, notamment en matière de communication pour soutenir leurs Artistes dans leurs expositions.

La multiplication des systèmes alternatifs pour les galeries et associations d’Artistes

Du côté des galeries, des moyens alternatifs commencent à émerger. C’est le cas du partage des lieux sur le modèle du co-working. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un nouveau système en soit, cette pratique est de plus en plus fréquente. C’est le cas de Patrick Seguin, spécialiste des designers du 20ème siècle qui détient un espace galerie à Paris depuis 30 ans. Il organise, depuis 2002, des expositions coopératives dans son espace. Il s’agit donc d’un espace partagé entre plusieurs galeries. S’agissant des associations d’Artistes, le 59 rue de Rivoli à Paris a, lui aussi, fait le choix d’un nouveau modèle. Ancien squat racheté par la Ville de Paris en 2009, cet immeuble de six étages est loué à bas coûts à l’association du 59, rue de Rivoli. Il rassemble près de trente ateliers d’Artistes avec une galerie au rez-de-chaussée. Sa localisation unique lui permet d’attirer 70 000 visiteurs à l’année.

Artiste dans son atelier

Artiste dans son atelier © Pexels

Accélérer la carrière des Artistes du monde entier avec un nouveau système

Face aux difficultés actuelles, les galeries et associations d’Artistes ont besoin d’un facilitateur leur permettant d’économiser du temps et de l’argent. Art-Trope accélère la carrière des Artistes du monde entier en proposant des services de qualités et à moindre coûts adaptés aux besoins des Artistes. Grâce à l’accompagnement personnalisé apporté aux Artistes sur le long terme, Art-Trope favorise leur rayonnement en les professionnalisant pour les exposer dans les capitales de l’Art. Cela permet aux Collectionneurs et aux galeries de recevoir un soutien supplémentaire en minimisant les risques de dévalorisation des Artistes qu’ils soutiennent. De même, pour les associations d’Artistes, Art-Trope permet d’obtenir un renfort supplémentaire sur plusieurs points avec pour objectif final d’économiser du temps et des ressources financières. Ainsi, Art-Trope est l’unique facilitateur du marché international de l’Art.

Pièce du puzzle manquante

Pièce du puzzle manquante © Pexels

 

Lisez notre article sur les nouvelles tendances du marché de l’Art ici.

Sources : 2018 Art Basel Report, The Financial Times