• 23 Mai 2018

Gérer ses réseaux sociaux, chercher des lieux d’exposition, maîtriser son image, construire son réseau de collectionneurs: l’Artiste est un couteau-suisse. Face à un marché de l’Art qui n’a pas encore connu de révolution technologique majeure malgré le développement de la vente en ligne, les Artistes se transforment en entrepreneurs.

Artiste dans son atelier

Artiste dans son atelier © Pexels

Rompre avec l’isolement des Artistes

Depuis l’avènement d’Internet et du e-commerce, le marché de l’Art a assisté à une multiplication des plateformes de vente en ligne et autres galeries virtuelles. En parallèle, les dirigeants des grandes institutions internationales comme le nouveau Directeur du Metropolitan Museum of Art de New York, Max Hollein, ont fait du numérique une priorité. Néanmoins, selon le rapport Hiscox Art 2017, seulement 28% des galeries proposent d’acheter des œuvres en ligne. Cela s’explique par le fait que 51% des acheteurs sont encore réticents à l’idée d’acheter une oeuvre sans l’avoir vue physiquement. Ainsi, la vente reste limitée aux principales maisons de vente aux enchères telles Christie’s et Sotheby’s pour des Artistes reconnus. Le reste des Artistes sont alors socialement et économiquement isolés avec peu de dispositifs d’accompagnement. Art-Trope apporte des solutions à cette crise sociale en proposant des services de qualité adaptés aux besoins des Artistes afin de les accompagner dans la maîtrise et le développement de leur carrière sur le long terme.

Temple blanc en Thaïlande

Temple blanc, Thaïlande © Pixabay

Devenir un Artiste entrepreneur

“Le jour où je me suis retrouvée seule dans mon atelier à ­attendre un rendez-vous qui n’est jamais venu, je me suis dit que c’était la dernière fois que je demandais quoi que ce soit à quiconque” a déclaré l’Artiste ­Myriam Mechita au journal Le Monde. Comme expliqué dans la vidéo de présentation Art-Trope, l’Artiste doit se transformer en couteau suisse. En effet, il doit gérer ses réseaux sociaux, entretenir et développer son réseau pour intéresser les acteurs du marché de l’Art et les lieux d’exposition tout en continuant de créer. Il devient nécessaire pour un Artiste de devenir entrepreneur et d’être ainsi accompagné dans cette transition. L’Artiste Fabrice ­Hyber s’est transformé en entrepreneur dès les années 80. Il déclare au journal Le Monde: “le premier wagon des Artistes subventionnés par l’Etat était déjà passé. Si je voulais réaliser des choses, je ­devais aller dans les lieux où il y avait des moyens : les entreprises. J’ai ensuite créé en 1994 la société UR afin de transformer les collectionneurs, principalement des chefs d’entreprise, en producteurs d’œuvres.”

Fournir des services adaptés au besoins des Artistes

Selon l’Artiste Bruno Peinado qui se confiait au journal Le Monde, il faut “échapper à cette machinerie qui prône la nouveauté et broie les artistes.” En effet, les galeries et Artistes émergents sont de plus en plus confrontés à des difficultés alors même que les ventes aux enchères d’œuvres d’Art génèrent des millions de dollars de recettes. Après la vente du tableau le plus cher du monde, Christie’s a vendu tous les lots de sa dernière vente consacrée à la collection du couple de Peggy et David Rockfeller. Dans un article dédié, Art-Trope est revenu sur la trajectoire hors du commun de cette collection d’exception. Wendy Cromwell, Conseillère Artistique à New York, a récemment dénoncé la domination de la partie haute du marché de l’Art aux commandes de la définition de l’Art. Art-Trope est la Nouvelle Génération d’Agence Artistique qui propose permet aux Artistes du monde entier d’accéder aux services de qualités dont ils ont besoin. Ainsi il s’agit de donner sa chance à chaque Artiste de poursuivre son travail de création. Notre devise: Let Artists Create!

Homme tendant la main

Homme tendant la main © Pexels

 

Lisez notre article sur “Au diapason du monde”, nouvelle exposition de la Fondation Louis Vuitton ici.

Sources: Le Monde et Hiscox