• 21 Mar 2018

Les dernières ventes aux enchères internationales continuent de générer des millions de dollars. L’Artiste espagnol Pablo Picasso maintient sa position dominante sur le marché de l’Art grâce, notamment, à un intérêt prononcé des acheteurs asiatiques. Que peut-on dire des ventes aux enchères 2018 ?

Cette image de Pexels représente une mallette pleine de billets de banque.

© Pexels

Un fort intérêt du marché asiatique pour l’Artiste espagnol

La dernière vente de Sotheby’s, numéro deux mondial derrière Christie’s, comportait une série d’œuvres de l’Artiste espagnol Pablo Picasso. Ainsi, la toile intitulée “Femme au béret et à la robe quadrillée” réalisée en 1937, a été acquise pour 49,8 millions de livres sterling soit 56 millions d’euros le 28 février 2018. Dans la même vente, le “Matador”, œuvre peinte en 1970, s’est adjugée à 16,5 millions de livres alors que la veille, “le Mousquetaire et nu assis” chez Christie’s a trouvé un acquéreur pour 13,7 millions de livres. Ainsi, Keith Gill, spécialiste chez Christie’s a déclaré : “Picasso, c’est l’artiste que veulent en premier les Asiatiques lorsqu’ils se mettent à s’intéresser à l’Art occidental. Dans la vente du 27 février, nous avons vu des acheteurs asiatiques qui jusqu’à présent n’avaient jamais enchéri dans les ventes d’Art moderne. “

Cette toile de l'Artiste peintre Pablo Picasso s'intitule Mousquetaire et a été réalisée en 1967.

Mousquetaire, Tête, 1967 © Pablo Picasso

Le Picasso tardif sous la lumière des projecteurs

La série de ventes du Grand Maître espagnol met en lumière une attention particulière portée à la période tardive de sa production. En effet, ce sont des œuvres très colorées, typiques des tableaux de l’Artiste réalisés dans les années 80, qui ont toujours plus de succès auprès des collectionneurs. Cela est d’autant plus étonnant qu’à l’époque, de telles toiles ne se vendaient pas au dessus de 2 millions de dollars. A l’inverse, ce sont aujourd’hui les collectionneurs d’Art contemporain qui s’y intéressent. C’est le cas, par exemple de Frieder Burda, collectionneur allemand, qui a rassemblé une collection de Picasso tardifs. L’engouement pour cette période n’a démarré qu’en 2007. Cela intervient à un moment où les ventes aux enchères se diversifient avec notamment l’utilisation d’Internet pour la vente en ligne.

2018 : une année “encore meilleure” pour les ventes aux enchères ?

Tad Smith, PDG de Sotheby’s s’est montré très optimiste quant à l’avenir de la maison de ventes aux enchères. En effet, ce dernier a déclaré : “nous avons réalisé une bonne année en 2017 et nous en planifions une encore meilleure en 2018. ” Ainsi, le bénéfice net a augmenté de 60% soit 118,8 millions de dollars. La clientèle asiatique y a largement contribué en étant responsable de près de 29% des achats. De même, la diversification des ventes, notamment par le biais d’Internet, permet de dégager de nouveaux bénéfices. En effet, en 2017, Sotheby’s a réalisé 36 ventes en ligne. Néanmoins, si les signaux semblent positifs, il n’en demeure pas moins que seuls les Artistes et collectionneurs de renom parviennent à tirer leur épingle du jeu, laissant de côté les collectionneurs émergents qui investissent dans les Artistes de demain. De même, il existe une face cachée de la vente en ligne qui, encore une fois, ne fonctionne que pour un nombre restreint d’Artistes, comme expliqué dans notre article dédié.

Cette image représente la signature de l'Artiste peintre Pablo Picasso.

© Pablo Picasso

 

Lisez notre article sur Gildas de la Monneraye, photographe et Artiste Art-Trope, ici.

Sources : Le Monde, Sotheby’s et Christie’s