• 24 Mai 2019

L’Artiste Photographe Dominique Leroy utilise le flou artistique et le graphisme pour porter un regard engagé sur le monde :

Photographie de Dominique Leroy

Guerrier Hamer – Ethiopie, 2014 © Dominique Leroy

Son Parcours

Ma vocation me vient peut-être de mes grands-parents, des fous de peinture et photographie, mais en tant qu’amateur ou des albums de Tintin ce reporter-voyageur dont j’enviais la vie et à qui je rêvais de ressembler. Après deux années d’études de Kinésithérapeute, j’avais depuis longtemps décidé d’être photographe. Ainsi, au grand désespoir de mes parents, j’ai abandonné deux mois avant le diplôme. Je suis pugnace, car je n’aurais pas pu faire autre chose que la photographie. Malgré tout, je passe un CAP en six mois au lieu de deux années suivi d’un BTS. Je relève le défi et obtient mes diplômes.

Sa démarche artistique

En jeune photographe, je commence ma carrière dans un domaine cher à mon père : le sport Automobile. Source d’inspiration, je commence par de petits rallyes pour me rendre ensuite dans le Championnat du monde des rallyes et aller au sommet pour parcourir le monde de la Formule 1. Grâce à ma technique de prédilection, le Flou artistique et le graphisme, mes photos de Rallyes et de Grand Prix F1 sont achetées par les magazines du monde entier. Je publie vingt-cinq livres sur la Formule 1, quelques 25 000 images dans la presse, les quotidiens et les magazines, illustre les biographies de grands pilotes comme Prost, Alesi, etc. Au bout de vingt ans, je décide de partir faire le tour du monde de façon différente, pour un autre thème récurrent: la Nature et l’Ethnologie. Montrer par la provocation de l’image que le monde, la politique et l’argent détruisent la nature et mettent en péril les tribus du globe. En 2009, j’ai décidé de passer à la caméra et à la réalisation de films documentaires. J’ai réalisé une série de 4 à 6 minutes de six épisodes, un de 26 minutes avec Dominique Lapierre intitulé “Retour dans la cité de la joie” en Inde à Calcutta. Enfin, j’ai également réalisé trois longs métrages pour la télévision. Le cinéma en Art et essais, des festivals et le MUCEM ont accueilli des “rushs” de mon second film “Carnaval en Liberté”. Ce travail cinématographique s’inscrit dans la continuité de ma démarche photographique.

Oeuvre de Dominique Leroy

Masque d’acier – Rouille, 2017 © Dominique Leroy

Son évolution

Le numérique a mis fin à l’Argentique. L’ère du numérique, des ordinateurs, a chamboulé le monde et notre perception de l’image. Ainsi, je me suis concentré sur une nouvelle forme de thématique composée d’objets insolites rouillés par la corrosion et les Ethnies pour ma nouvelle exposition Intitulée “Du commencement… à la fin”. Cette exposition propose un itinéraire inédit, instantanés de peuples en fête ou en guerre, expressions d’Art primaires, expressions d’humanités naissantes, qui conduit pas à pas, visage après visage à l’inéluctable fin. Cette rouille qui ronge les ouvrages des hommes et parfois les transcendes en d’improbables allégories. Je reste dans cette approche photographique en perpétuel évolution. Après la sortie de mon livre “Le Peuple des Rouilles”, je prépare la sortie de deux nouveaux livres: un sur Les tribus intitulé “Reg’Art d’Ailleurs” et un autre sur mon premier amour la Formule 1 avec “Les seigneurs du Bitume”. En collaboration avec un autre Photographe YouTuber en caméra et réalisation sur la Formule 1, un travail de deux années pour les plateformes médiatiques et télévisuelles est en préparation.

Ses expositions

Mes principales expositions se sont consacrées à l’univers de la Formule 1. Elles ont été très enrichissantes au niveau du contact humain principalement au Canada et en Australie, souvenir d’exception. Je prépare une exposition sur deux ans en France consacrée à La Rouille et aux Tribus dans des lieux atypiques : Abbaye, chapelle, halles, usine désaffectée, etc. La première se tiendra à la cathédrale de Maguelonne le 28 Mai 2019. Du 1er au 11 juillet 2019, je participerai également à l’exposition “Présence(s) Mêlée(s)” organisée par Art-Trope aux côtés d’autres Artistes Photographes de la Communauté dans le cadre du festival Voies Off d’Arles.

Sâdhus sur les ghats de Varanassi, 2012 © Dominique Leroy

Sâdhus sur les Ghats de Varanassi, 2012 © Dominique Leroy

Sa relation avec Art-Trope

Il y a une problématique au XXIème siècle, c’est la diversité des médias. Il y a tellement de plateformes vendant de l’Art, et cela disperse les professionnels de l’Art. Même avec un peu de notoriété, un Artiste a beaucoup de mal à émerger et c’est là qu’entre en jeu les véritables professionnels de la communication comme Art-Trope qui vont mettre tout en œuvre pour que cela se passe de la meilleure des façons. Ensuite, il y a la question des réseaux sociaux, car je ne suis pas suffisamment aguerri pour les contrôler seul. Art-Trope a le pouvoir d’arriver à cela, de renforcer votre visibilité et d’éviter de vous éparpiller dans tous les sens. Au fond, il s’agit pour Art-Trope de m’accompagner pour aller là où il faut, quand il le faut.

Retrouvez le profil Art-Trope de Dominique Leroy ici.
Lisez nos articles ici.