• 1 Mai 2020

L’Artiste Photographe Xavier Gavaud nous invite à s’immerger dans l’idéel, cet endroit effectif qui n’existe jamais vraiment, ce moment de réel impalpable comme se songe un instant, une vie:

xavier gavaud - confidences 11 - photographie - 2014

Confidences 11 – série Confidences – 2014 © Xavier Gavaud

Son Parcours

La création est plus une évidence qui s’est présentée à moi dont je me suis saisi très tôt. Il semble que c’est ce qui a façonné mon chemin entre l’écriture, la musique ou la photographie jusqu’à devenir capitaine de voilier pendant presque 20 ans, plus particulièrement sur les voiliers du patrimoine, et ainsi cultivé le « bel art de naviguer » selon la formule de Joseph Conrad. Autodidacte, ce sont des rencontres qui m’ont permis de progresser. Particulièrement dans le domaine de la photographie pour lequel j’ai pu suivre et être assistant de professionnels comme notamment Ari Rossner que ce soit en labo, en studio, ou en reportage. La création artistique est à mon sens à prendre comme une recherche permanente, une quête dans le chemin d’une vie, qui, si elle ne parvient pas toujours à sublimer, s’essaie pour le moins à transcender.

xavier gavaud - 00 - photographie - 2018

00 – série Arboressence – 2018 © Xavier Gavaud

Son domaine d’expression

La vie n’est-elle pas une inspiration en elle-même ? Les travaux de Edgar Morin ou de Gaston Bachelard, basés notamment sur la pensée de Montaigne ou de Marc Aurèle, nous invite à réfléchir sur le prisme par lequel nous percevons les choses. La mer, le souffle, l’image de l’oiseau, les reflets, l’univers, participent de cette tentative de résolution qui n’existe pas, comme une idéelle présence au monde, un rêve de soi. Dans cette idée, je ne cherche pas à développer une technique particulière, mais j’utilise les techniques me permettant d’aboutir au sentiment d’une pièce, que ce soit en prise de vue, en post-traitement ou lors du façonnage. Le but n’étant pas de provoquer mais bien plus de susciter une résonance chez le collectionneur, l’alchimie d’une rencontre en lui-même. J’aime à penser la photographie comme la poésie, un instantané. Même s’il y a des travaux qui nécessitent plus de construction que d’autres, il demeure la traduction d’un instant, d’un moment, d’une émotion ou d’une pensée. Dans cette idée, le sentiment du « regardeur » ne m’appartient pas. J’espère seulement qu’une résonance ait lieu entre moi, une œuvre, et la personne qui se l’approprie ; que de mon interprétation du monde et de ses reflets, mon regard, une personne s’y retrouve et s’y fonde comme en elle-même.

xavier gavaud - 02- l'aulne, port launay - photographie - 2011

02 – série Flux & Reflux – 2011 © Xavier Gavaud

Son évolution

Je crois que la pratique ne cesse d’évoluer dans le temps de l’expérience. Mes différentes séries ne procèdent pas du même rapport au sujet : l’intimité de la mer dans Flux & Reflux se laisse aller à ses mouvements, Fractures & Déchirures utilisent l’outils infographique pour souligner la mise en tension, ou encore Je ne suis plus celle que je suis se place comme un reportage photographique de ce qui se trame à l’intérieur. J’utilise les techniques me permettant d’aboutir une idée. Il y a deux projets qui me tiennent très à cœur sur lesquels je travaille actuellement. Un premier, L’eau & Les rêves, se base sur une mise en image de l’origine de la pensée, du rêve, dans cette idée de la psychanalyse de l’eau bachelardienne, et un autre orientée sur du portrait et la place de chacun dans l’univers.

https://www.art-trope.fr/wp-content/uploads/2020/05/xavier-gavaud-01b-...on-nest-pas-infertile-du-jour-au-lendemain.-photographie-2018

01b – série Je ne suis plus celle que je suis – paysages de l’infertile – 2018 © Xavier Gavaud

Ses expositions

En avril 2014, j’ai enfin franchi le pas et pu mettre en place une forme de rétrospective, nommée PASSAGES, de mes travaux réalisés jusqu’alors. Son succès inattendu et les échanges avec le public m’ont incité à continuer ma recherche en photographie. C’est lors de l’exposition de décembre 2018 sur l’infertilité que j’ai commencé à penser à une exposition dans son ensemble regroupant tant des témoignages, que des vidéos, l’édition d’un livre et d’un portfolio, les invitations de conférenciers spécialisés dans cette expertise, ainsi qu’une scénographie particulière pour ce sujet délicat. Plusieurs expositions cette année ont été annulées et/ou reportées notamment ma participation aux Voies Off pendant les Rencontres de la Photographie d’Arles.

xavier gavaud - sysiphe chaque jour - photographie - 2019

Sysiphe chaque jour – série Fractures & Déchirures – 2019 © Xavier Gavaud

Sa relation avec Art-Trope

Aujourd’hui la problématique est justement que l’art soit devenu un marché. Si je veux progresser et assurer ma position d’auteur et photographe, il faut prendre connaissance de cet état de fait. Chose très difficile quand on travaille seul. L’équipe d’Art-Trope a su aborder mon travail et mon univers, avec recul mais aussi un regard humain, très important de nos jours. D’ailleurs, ils sont venus à ma rencontre lors d’une exposition ce qui a permis de commencer ce partenariat sur une base sincère. L’entretien stratégique montre qu’ils prennent vraiment en compte le travail de l’artiste dans cette optique de professionnalisation et d’internationalisation. Être sollicité ainsi par un agent gérant tout un collectif offre une « assurance » ou une « assise » à mon travail. Rejoindre ce regroupement d’artistes est valorisant et dynamisant !

Retrouvez le profil Art-Trope de l’Artiste Xavier Gavaud ici.

Lisez nos articles ici.