• 22 Mar 2018

Le vendredi 16 février 2018 une bien curieuse découverte est faite dans un bus garé à la gare de Ferrières en Seine-et-Marne. En effet, une tableau est retrouvé dans la soute. Une semaine plus tard, le Musée d’Orsay à Paris est formel. Il s’agit bien d’une toile volée du Grand Maître Edgar Degas. 

Intérieur d'un bus par Pexels

© Pexels

Une oeuvre disparue depuis 2009

Le 31 décembre 2009, le musée Cantini à Marseille annonce une triste nouvelle. En effet, les représentants du musée déclarent alors la disparition du pastel d’Edgar Degas intitulé “Les Choristes” et réalisé en 1871. Cette oeuvre qui mélange à la fois des éléments de peinture et de gravure, représente une scène de l’opéra Don Juan. Elle aurait été peinte d’après une conversation ayant eu lieu entre Edgar Degas et son ami Daniel Halévy. Malgré les protections mises en place par le musée Cantini, le tableau avait été dévissé. Par ailleurs, le petit format de la toile la rend d’autant plus facile à dérober. Ainsi, l’oeuvre figurait parmi les trésors artistiques volés les plus recherchés du monde, et listée dans le fichier Interpol. Les musées ne retrouvent pas seulement des œuvres perdues dans leurs réserves comme expliqué dans notre article sur les trouvailles du Louvre et du Carnegie Museum. Effectivement, cette fois-ci, c’est dans un bus que le chef d’oeuvre a été retrouvé.

Oeuvre Les Choristes d'Edgar Degas réalisée en 1871

Les Choristes, 1871 © Edgar Degas

Une saga étonnante

Pendant huit ans, la toile est restée introuvable et l’enquête dans l’impasse. Ce n’est que le vendredi 16 février 2018 qu’un curieux appel du contrôle des douaniers de Marne-la-Vallée bouleverse l’affaire. En effet, ces derniers ont alors déclaré avoir trouvé dans un bus une valise à l’intérieur de laquelle se trouvait “une œuvre portant la signature “Degas”, pour laquelle aucun des passagers ne s’est identifié comme propriétaire”. Ainsi, les Ministères des comptes publics et de la culture ont repris l’affaire en main et réclamé une expertise au Musée d’Orsay. La récente authentification de l’oeuvre est un soulagement pour le monde de l’Art. “C’est la belle nouvelle de la semaine, la belle surprise. On s’en réjouit, évidemment, mais c’est surtout un soulagement, car on n’en avait pas entendu parler depuis 2009 et on avait toutes les raisons d’être inquiets sur son sort” a déclaré Laurence des Cars, présidente du musée d’Orsay. Cependant, l’identité du voleur n’a toujours pas été divulguée.

L’inclusion de l’oeuvre dans une exposition d’envergure en 2019

D’après les premières observations, l’oeuvre n’aurait pas subi de dégâts matériels depuis sa disparition. Ainsi, selon sa condition, elle pourrait être intégrée à l’exposition “Degas à l’Opéra” du Musée d’Orsay prévue au dernier trimestre 2019. De même, la Réunion des musées nationaux a affirmé que la toile avait une valeur estimée à 800 000 Euros. Néanmoins, le musée Cantini de son côté avait parlé de 30 millions d’Euros. Le Musée d’Orsay s’est montré prudent en affirmant que ce sont là “des valeurs d’assurances, et ça, c’est incommunicable”. L’affaire du tableau volé a peut être eu une fin heureuse, mais de nombreuses autres demeures irrésolues. Dans ce contexte, Art-Trope était revenu sur l’affaire du plus grand vol d’œuvres d’Art de l’histoire à l’Isabella Gardner Museum de Boston. Le mystère reste entier.

Musée d'Orsay à Paris par Xiquinhosilva de Cacau

Musée d’Orsay © Xiquinhosilva de Cacau

 

Lisez notre article sur la vente de trois Picasso pour 90 millions d’euros ici.

Sources: Musée d’Orsay, Le Monde et le Ministère de la Culture