• 19 Mar 2018

Il n’est pas rare que de grands musées redécouvrent dans leurs archives des trésors artistiques oubliés ou perdus. Le musée du Louvre à Paris et le Carnegie Museum de Pittsburgh ont tous deux récemment retrouvé des chefs d’œuvres restés aux oubliettes. Nous revenons sur ces importantes découvertes.

Cette image de Pexels représente un coffre au trésor.

© Pexels

Le Louvre retrouve un Monet perdu dans ses réserves

En 2016, un chercheur français retrouve dans les réserves du Louvre une oeuvre du peintre impressionniste Claude Monet. Cette dernière était gravement endommagée et presque méconnaissable après 60 ans d’attente. Le monde de l’Art ne saisit l’ampleur de la nouvelle qu’en 2018 par l’intermédiaire du Musée National d’Art Occidental de Tokyo. En effet, ce dernier a annoncé que la toile Les Nénuphars: reflets des saules, réalisée en 1916 par l’Artiste, sera présentée au public après d’importants travaux de restauration. Le chef d’oeuvre avait été initialement acquise par le collectionneur japonais Kojiro Matsukata dans les années 20. Ce dernier possédait alors près de 25 œuvres de l’Artiste. Ainsi, il avait l’intention de fonder un musée dédié à l’Art occidental. Néanmoins, une série de catastrophes dont un important incendie à Londres ayant détruit une partie de sa collection, l’en empêcha. La pièce retrouvée de Claude Monet reviendra donc au Japon après 60 ans passés sur le territoire français.

Cette toile du peintre impressionniste Claude Monet s'intitule Nénuphars, reflets d'un saule pleureur et a été réalisée en 1916.

Nénuphars, reflets d’un saule pleureur, 1916 © Claude Monet

Le Carnegie Museum de Pittsburgh lève le voile sur des trésors de la Renaissance

Le Carnegie Museum de Pittsburgh est une institution vieille de près de 120 ans. De ce fait, elle renferme dans ses réserves des trésors inattendus. En effet, en 2015, le musée a entrepris d’importants travaux de recherche dans ses collections. Il s’agissait de reclasser et réattribuer les œuvres à leurs créateurs. En 2018, c’est choses faite, et les résultats sont surprenants. Ainsi, d’importantes œuvres de la Renaissance ont été redécouvertes. Le portraitiste anglais George Romney fait partie notamment des Artistes retrouvés. Son oeuvre issue des réserves ainsi que 12 autres de Grands Maîtres de la période, font partie de l’exposition “Visions of Order and Chaos: The Enlightened Eye” qui s’est ouverte le 3 mars 2018. “Nous avons toutes ces toiles intéressantes qui n’ont pas encore été appréciées à leur juste valeur” a déclaré Louise Lippincott, Commissaire d’exposition du département des Beaux-Arts du musée.

Cette oeuvre du portraitiste anglais George Romney représente Lady Hamilton et a été réalisée en 1782.

Lady Hamilton, 1782 © George Romney

La question des réserves muséales est un sujet brûlant

La plupart des grands musées internationaux ne montrent qu’une partie infime de leurs collections au public. Ainsi, le problème de la conservation des œuvres et de la place nécessaire dans les réserves n’a eu de cesse de se poser pour le monde de l’Art. Déjà en 2016, Kevin Stayton, Comissaire en chef du Brooklyn Museum de New York avait déclaré à Artsy: “le musée est constamment en train de regarder ailleurs pour trouver des espaces de réserve. Nous avons bien trop d’œuvres pour un espace aussi réduit.” Bien que de nouvelles solutions aient émergé, le problème reste entier. Depuis 2016, le MET de New York ainsi que le Brooklyn Museum et la New York Historical Society ont été parmi les premiers à expérimenter l’ouverture des réserves au public. D’autres solutions ont été proposées aux musées, comme celle de collectionner moins et de travailler d’avantage en partenariats pour partager les espaces. Malgré de telles avancées, le manque d’espace se fait toujours sentir. Ainsi, des chefs d’œuvres peuvent rester des décennies perdues parmi les collections des plus grands musées. En France, la Pinacothèque de Paris, premier musée privé fondé par l’historien d’Art Marc Restellini, se proposait justement d’exposer les œuvres laissées en réserves. Néanmoins, face aux coûts exorbitants de son fonctionnement, la Pinacothèque a fermé ses portes en 2016. Le Louvre et le Carnegie Museum viennent encore une fois d’en faire l’expérience.

Lisez notre article sur les nouveaux comportements des jeunes collectionneurs ici.

Sources: Artsy, Artnet et Le Monde.